close
1877—1943

Het Schietkraam, 1923

620 x 590 mm

Dans la gouache Het Schietkraam (Le stand de tir), le type d'homme propre à Gustave De Smet est déjà complètement établi : une forme fermée, anguleuse, avec une tête ovale allongée, un crâne alternativement plat, rond ou pointu, un dos de tête droit, de grands yeux en amande, un menton anguleux construit indépendamment, un cou cylindrique, des épaules arrondies avec des bras et des jambes volumineux et tubulaires. Son séjour aux Pays-Bas lui a apporté de nombreuses influences nouvelles et modernes issues du fauvisme, de l'expressionnisme et du cubisme. Après son retour, De Smet s'installe à Afsnee et reçoit le soutien matériel de son ami et mécène Paul-Gustave van Hecke. Grâce à une tension expressive et une forte synthèse, la scène charmante est dépouillée de tout folklore. Le peintre a supprimé toute coïncidence par souci de sobriété et les impressions spontanées sont méthodiquement ordonnées en un tout autonome.